Home / Décryptage / « Chrétien il est où ? » : autotune et rap, l’Eglise Catholique s’adapte à ses nouveaux fidèles (vidéo)

« Chrétien il est où ? » : autotune et rap, l’Eglise Catholique s’adapte à ses nouveaux fidèles (vidéo)

Captain Harlock
Démocratie Participative
12 août 2019

 

Je suis en froid avec Bergoglio.

Ce clip visant à convertir des jeunes au catholicisme vient encore d’aggraver les choses.

Du rap et de l’autotune jusque dans les sacristies les plus reculées de France.

Outre le mimétisme « culturel » lié au déversement constant de sous-productions négroïdes sur les ondes, à la télévision ou sur internet, c’est surtout la recherche éhontée des nouvelles parts de marchés du religieux qui donne à la démographie nègre une influence décisive sur cette église.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Bergoglio se démène avec ses sbires pour importer des millions de diables noirs venus d’Afrique.

Le problème, c’est que sur ce terrain-là, les évangélistes formés par les Américains affichent des taux de recrutement et d’expansion record.

Ils ouvrent une église tous les dix jours en France et sont déjà 700,000.

YouTube héberge une myriade de prêcheurs venus d’Afrique qui chapeautent des églises toujours plus nombreuses en France.

Les évangélistes sont très démonstratifs, ce dont est par nature friand le nègre.

Plus l’ambiance est à la transe et au délire collectif, plus le nègre est aimanté par ces attroupements. En soi, c’est un sujet d’étude fascinant.

Dans les grandes villes françaises, tout ce qui ressemble à une église de bonne taille est peuplé de cafres. C’en est sinistre.

En plus des musulmans, nous avons donc ces sectes évangéliques qui glorifient la négritude et Israël au motif que Netanyahou et Tsahal préparent le retour du Jésus cosmique sur un nuage.

Un certain nombre de Blancs totalement paumés vont s’agglutiner avec des négresses dans ces lieux de sidération.

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le tamtam devient partie prenante de la vie de ces pauvres Français de souche errant au milieu de ces créatures.

Le problème, c’est qu’évangélistes et mahométans ont carte blanche pour créer leur société parallèle, récolter de l’argent, acheter des locaux. Et je ne parle pas des franc-maçons ou des juifs.

La religion est la parfaite excuse qu’ont trouvé les peaux sombres pour s’organiser sur nos terres avec la bénédiction de la république hébraïque.

Pendant ce temps-là, la moindre association blanche est traquée et détruite au terme d’une procédure gouvernementale.

Les Blancs n’ont pas d’organisations en propre. Elles sont toujours dévolues à autre chose, généralement à une finalité d’origine sémitique.

C’est à sa façon ce qu’avait tenté de réaliser Wagner en offrant au monde germanique un moyen de communier spirituellement en défiance du juif.

Hélas, on ne compte plus le nombre de jeunes Blancs qui cherchent à s’appuyer sur telle ou telle secte d’extraction sémitique pour trouver un chemin.

Cette question de la communion ne peut être résolue que dans le combat racial, la sanctification du sang et du sol, l’esprit de sacrifice.

C’est le défi qui se pose à l’Europe : se forger une foi nouvelle, libérée des abstractions, qui tire sa force de sa substance. Loin des grigris, des totems et des vieillards cacochymes. Une foi rationnelle, toute de force, d’action et de créativité.