Home / Les dernières actualités / Grande-Bretagne : le programme de « déradicalisation » prévu pour les djihadistes est en fait utilisé contre des Blancs opposés à l’immigration

Grande-Bretagne : le programme de « déradicalisation » prévu pour les djihadistes est en fait utilisé contre des Blancs opposés à l’immigration

Captain Harlock
Démocratie Participative
11 août 2019

Alors là, vraiment, personne n’aurait pu s’attendre à une telle chose.

The Daily Mail :

Plus de la moitié des élèves qui suivent le programme « Prevent » de déradicalisation sont aujourd’hui des extrémistes d’extrême droite.

Ce programme, conçu à l’origine pour lutter contre l’extrémisme islamique, a traité des centaines d’étudiants d’extrême droite au cours de l’année écoulée, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

Cela signifie que, pour la première fois, de tels cas ont dépassé ceux des extrémistes islamiques dans les écoles et les collèges britanniques.

Les données officielles ont été mentionnées lors de réunions secrètes que des fonctionnaires du ministère de l’Éducation ont tenues dans tout le pays avec des spécialistes et des travailleurs de la lutte contre l’extrémisme.

Et hier soir, les experts ont déclaré que si les données montraient une augmentation de l’extrémisme d’extrême droite dans la société ces dernières années, elles montraient aussi une plus grande sensibilisation à ce phénomène parmi les enseignants et le personnel des écoles et des collèges.

Ha !

Vraiment, les profs antifas seraient plus obsédés par le flicage des jeunes Blancs que par les métèques du Pakistan qui violent des gamines ou prêchent le djihad ?

Quelle SURPRISE.

En 2017-2018, il y a eu 2 426 cas d’extrémisme signalés par des enseignants et des membres du personnel inquiets au sujet d’élèves qui ont été référés par des écoles et des collèges.

De ce nombre, 922, soit 38 %, concernaient l’extrémisme islamique et 576, soit 23 %, l’extrême droite.

Cependant, la grande majorité de ces renvois ont été examinés et rejetés par les agents de la Prévention gouvernementale comme étant  » faux « .

Seuls ceux qui sont jugés authentiques sont  » discutés au niveau du groupe spécial  » par les agents de prévention, ce qui signifie qu’ils deviennent des cas.

490 cas ont été discutés au niveau du Panel dans les écoles et collèges, dont 219, soit 44 %, concernaient l’extrémisme d’extrême droite et 183, soit 37 %, l’islam.

– Créer un système de détection des musulmans radicaux

– Le confier à des profs de gauche

– Finir avec un système de flicage antiblanc

Mmm… ça m’a l’air en ordre.

Les chiffres montrent que les étudiants en difficulté qui ont ensuite été déradicalisés par le biais du programme sur mesure « Channel » ont été au nombre de 165 pour l’année.

Parmi ceux qui ont bénéficié du soutien de la chaîne, 91, soit 55 %, étaient des étudiants d’extrême droite et 57, soit 34 %, étaient des cas d’extrémisme islamique. En 2016-2017, le nombre de renvois d’extrémistes islamiques dans les écoles et les collèges était supérieur à celui des établissements de droite, soit 56 % contre 32 %.

Pour la même année, l’appui fourni par « Channel » a été de 49 % pour les extrémistes islamiques et de 43 % pour le radicalisme d’extrême droite.

William Baldet, responsable de la prévention au Centre d’analyse de la droite radicale, a déclaré :  » Il y a deux choses ici, premièrement, il y a davantage d’extrémisme d’extrême droite, car la société s’oriente davantage vers la droite en Amérique et en Europe. Deuxièmement, les enseignants sont davantage conscients de l’extrémisme d’extrême droite dans les écoles, car nous avons eu deux attaques terroristes ici, et il y a eu de gros incidents aux États-Unis. »

Oui.

C’est la raison : les profs antifas sont plus soucieux de persécuter les jeunes Blancs que les arabes fous.

Mais M. Baldet a ajouté que malgré la montée en flèche de l’extrémisme d’extrême droite, les chances d’une atrocité terroriste d’extrême droite sont restées les mêmes en Grande-Bretagne, sans augmenter.

Il a dit : « Le risque d’une attaque terroriste islamiste est encore plus élevé.

Les experts de la prévention affirment que le type d’extrémisme d’extrême droite que les étudiants manifestent dans les écoles et les collèges est plus  » identitaire  » [que violent]

Cette phrase décrit la croyance d’extrême droite selon laquelle la carte raciale de la Grande-Bretagne est en train de changer irrévocablement avec plus d’immigration, et préconise que les Britanniques blancs doivent vivre et épouser  » leur propre espèce « , alors que les Britanniques noirs et asiatiques devraient faire de même.

La définition de l’extrémisme par le gouvernement britannique consiste à constater que l’immigration non-blanche augmente.

Et à vouloir simplement exister dans les années à venir.

Mais c’est sûrement illégal dans une monarchie créole.