Home / Décryptage / Ivanka Trump appelle à « détruire la suprématie blanche », ne voit aucun problème avec la suprématie juive en Palestine ou à Washington

Ivanka Trump appelle à « détruire la suprématie blanche », ne voit aucun problème avec la suprématie juive en Palestine ou à Washington

Captain Harlock
Démocratie Participative
05 août 2019

 

La fille de Donald Trump a tenu à faire une déclaration peu après l’incident d’El Paso au Texas lors duquel un individu inspiré par l’exemple de Nelson Mandela a tiré sur des mexicains.

La suprématie blanche, comme toutes les formes de terrorisme, est un mal qui doit être détruit.

« La suprématie blanche » signifie, dans la (((novlangue))), le fait pour les Blancs de vouloir continuer à vivre dans des états peuplés de Blancs et dirigés par des Blancs.

Bref, de pouvoir vivre dignement comme ils l’ont fait depuis des milliers d’années.

C’est ce qui pose un problème au système juif et qu’ils qualifient de « suprémaciste ».

En revanche, lorsque la tribu juive s’empare de terres étrangères par la force armée pour y imposer sa domination, c’est un « droit démocratique fondamental ».

Ivanka Trump, convertie au judaïsme, semble très à l’aise avec l’idée de faire prévaloir la domination juive en Palestine.

En fait, elle semble très à l’aise avec l’idée de parquer des millions d’arabes dans des camps de concentration à ciel ouvert.

Et de les bombarder de temps en temps quand ces arabes mégotent.

Au jeu du suprémacisme, c’est le bal des faux-culs : les métèques veulent asseoir leur suprématie dans les pays blancs tout comme les juifs le font.

Pour une raison simple : la loi de la nature impose au fort de conquérir.

Si l’établissement médiatique juif était sincère, il demanderait la restitution du Texas au Mexique puisque l’annexion de ce territoire a été conquis par les armées blanches des États-Unis.

Tous ces discours sur « l’immoralité » de la résistance blanche actuelle à l’invasion est un exercice de culpabilisation auquel aucune de ces races hostiles ne se soumettent elles-mêmes.

Avez-vous jamais entendu les juifs s’excuser pour les innombrables crimes dont ils se sont rendus coupables ?

Nous n’avons pas plus à nous y livrer.

Le droit, c’est la force. C’est ce principe qui guide l’histoire. La « morale » n’est que l’explication post-mortem d’un assassinat.

Ce que fait Ivanka Trump consiste à trahir son groupe tribal au terme d’un accord avec d’autres groupes tribaux pour améliorer sa situation personnelle. La trahison paie, n’en doutez pas, sinon aucune de ces traînées ne trahiraient.

Mais le plus écoeurant, c’est la prétention de ces mêmes traînées et des traîtres en général à vouloir se placer moralement au dessus des Blancs assiégés qu’ils trahissent pour continuer à les dominer.

De dénoncer la « domination blanche » pour pouvoir continuer à dominer les Blancs socialement et les exploiter à outrance avant qu’ils ne disparaissent. Du moins, le croient-ils.

Comme cette vieille soixante-huitarde de Warren du Parti Démocrate.

Nous devons appeler le nationalisme blanc pour ce qu’il est : du terrorisme intérieur. C’est une menace pour les États-Unis, et nous en avons vu les effets dévastateurs ce week-end. Et nous devons dénoncer le président lui-même pour avoir fait progresser le racisme et la suprématie blanche.

Seulement, voici le truc : ce n’est pas parce que des traînées, des sodomites ou des gens sans foi ni loi trahissent que cela empêchera les Blancs de défendre leurs intérêts de groupe.

Dans toutes les guerres vous avez des traîtres.

En fait, la situation de ces traîtres ne semble profitable que tant que les Blancs restent l’arme au pied. Le jour où les Blancs commenceront à s’organiser en force révolutionnaire, les mêmes seront prêts à se précipiter pour prendre le train en marche.

Vous seriez même probablement surpris de voir tous ces antiracistes éructant sur Twitter devenir de féroces racistes si le vent se mettait à souffler dans l’autre sens.

Comme je l’ai dit, il n’y a aucune « morale » là dedans. Uniquement une croisade éternelle pour la survie.

Les métèques ou les juifs sont moins exécrables que les traîtres qui tentent de moraliser leur félonie en nous crachant dessus pour apaiser les masses allogènes. Au moins nos ennemis raciaux agissent-ils rationnellement.

Commenter l’article sur /dempart/