Home / Les dernières actualités / La Chine masse ses troupes près de Hong Kong pour écraser la révolution de couleur soutenue par la finance juive occidentale

La Chine masse ses troupes près de Hong Kong pour écraser la révolution de couleur soutenue par la finance juive occidentale

Captain Harlock
Démocratie Participative
12 août 2019

 

Xi Jinping semble vouloir régler par la manière forte la sédition gauchiste soutenue par la CIA à Hong Kong.

La Chine masse des troupes.

Les factieux, liés au gouvernement américain, continuent d’alimenter la machine médiatique juive occidentale en images.

Bloquer l’aéroport vise à paralyser économiquement la ville et internationalisé la crise en raison de la dimension financière qu’occupe Hong Kong en Asie.

La Tribune de Genève :

La fermeture du huitième aéroport international le plus fréquenté au monde, connu pour sa remarquable efficacité, a été annoncée alors que le gouvernement central chinois a dit voir «des signes de terrorisme» dans cette contestation dans sa région semi-autonome.

La décision de l’autorité aéroportuaire et les déclarations chinoises, survenues à dix minutes d’intervalle, sont le signe d’une nouvelle escalade dans une crise politique qui dure depuis début juin, et qui est la plus grave à Hong Kong depuis la rétrocession du territoire à la Chine en 1997.

Voilà quatre jours que l’aéroport est le théâtre d’un sit-in de milliers de manifestants qui cherchent par cette action originale à sensibiliser les voyageurs à leur cause. Mais après dix week-ends consécutifs de manifestations dans le territoire, le nombre de manifestants a nettement augmenté lundi à l’aéroport, où ils étaient plus de 5000, selon la police.

«Les opérations aéroportuaires sur l’aéroport international de Hong Kong ont été gravement perturbées du fait des rassemblements publics à l’aéroport aujourd’hui», a annoncé l’autorité aéroportuaire. «A l’exception des vols au départ dont l’enregistrement est terminé et des vols à l’arrivée qui sont déjà en route pour Hong Kong, tous les autres vols ont été annulés pour le reste de la journée».

Kong Wing-cheung, un responsable des relations publiques de la police, a affirmé lors d’une conférence de presse que les manifestants, qui demeuraient jusqu’alors dans le hall des arrivées, étaient allés dans le hall des départs.

Le gouvernement chinois a encore accru lundi sa dénonciation des manifestations en faveur de la démocratie à Hong Kong, disant voir «des signes de terrorisme» derrière la contestation violente du pouvoir en place.

«Les manifestants radicaux de Hong Kong ont à plusieurs reprises eu recours à des objets extrêmement dangereux afin d’attaquer des policiers, ce qui constitue déjà un crime grave et révèle de premiers signes de terrorisme», a accusé à Pékin le porte-parole du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, Yang Guang.

M. Yang, qui avait la semaine dernière averti que «ceux qui jouent avec le feu périront par le feu», a dénoncé «une minuscule minorité» qualifiée de «grave défi à la prospérité et à la stabilité de Hong Kong», en affirmant que des cocktails molotov avaient été lancés en direction des policiers.

Les manifestants demandent la démission de Carrie Lam, la cheffe du gouvernement local pro-Pékin, l’élection d’un successeur au suffrage universel direct, et non sa désignation par Pékin, comme c’est actuellement la règle. Ils exigent aussi une enquête sur les violences dont ils accusent la police et l’abandon définitif d’un projet de loi controversé qui autoriserait des extraditions vers le Continent.

L’objectif est sans conteste de parvenir à une révolution de couleur puis de l’étendre à toute la Chine continentale.

Le leader du Parti Républicain au Sénat en soutient le principe.

Le peuple de Hong Kong tient courageusement tête au Parti communiste chinois alors que Pékin tente d’empiéter sur son autonomie et sa liberté. Toute répression violente serait totalement inacceptable. Comme je l’ai dit au Sénat : Le monde entier regarde.

De même pour LREM à l’Assemblée, le parti qui a écrasé brutalement les Gilets Jaunes pendant des mois entiers.

Des agitateurs sont même aperçus des drapeaux britanniques :

Xi Jinping espère temporiser et épuiser la masse des opposants qui sont, pour la plupart, influencés par des agitateurs professionnels mais pas des enragés pour autant.

Après tout, des gens ont toujours envie de se plaindre à propos de ceci ou de cela.

Mais prétendre renverser le gouvernement chinois à Hong Kong, puis en Chine en elle-même, c’est une affaire très différente.

Après 10 semaines, cette approche ne fonctionne pas et la finance juive mobilise de plus en plus de moyens pour internationaliser la crise contre la Chine.

La seule réponse possible, c’est l’intervention de l’armée, l’abolition du système autonome et l’intégration totale de Hong Kong. Et une purge de tous les éléments payés par la CIA et le MI6.