Home / Guerre raciale / US : un flic blanc discipline mortellement un nègre qui s’enfuit, la presse antiblanche ressort les stats bidon sur les noirs « injustement » abattus

US : un flic blanc discipline mortellement un nègre qui s’enfuit, la presse antiblanche ressort les stats bidon sur les noirs « injustement » abattus

Captain Harlock
Démocratie Participative
16 août 2019

 

Un policier a été contraint de flinguer un nègre indiscipliné qui tentait de s’échapper lors d’un contrôle.

Le contexte est le suivant : après un braquage, les flics tombent sur deux individus dont le profil correspond à ceux des braqueurs armés et recherchés. Un des policiers demandent aux deux nègres de ne pas bouger et de lever les mains en l’air.

Un des nègres a évidemment joué au nègre en essayant de s’enfuir.

La presse rouge essaie de gonfler artificiellement l’affaire.

Le Dauphiné Libéré :

Le 3 août, De’Von Bailey a succombé à trois blessures par balles causées par les tirs d’un policier, qui l’accusait de vol. Mais selon l’un des avocats de la famille, « la vidéo montre qu’il n’y avait aucune preuve que quiconque risquait d’être tué ou blessé de manière imminente. »

L’honnêteté de cette presse antiblanche.

Le flic n’a « accusé » ce nègre de rien, il a simplement procédé à un contrôle lors d’une recherche active de deux suspects armés et dangereux.

L’homme abattu s’appelait De’Von Bailey, 19 ans. Interrogé en pleine rue par deux agents concernant une accusation de vol, il a fui avant de recevoir trois balles dans le dos et une à l’arrière du bras, précise Le Parisien.

Re : le flic n’a « accusé » personne de quoi que ce soit. Il a expliqué la situation aux deux nègres.

Ce que ces journalistes de gauche sous-entendent, c’est que le flic l’a abattu après avoir décidé qu’il était coupable.

Bref, ils inventent un mobile de toutes pièces pour accabler le policier blanc.

Le flic l’a abattu parce que ce noir a essayé de s’enfuir, basta.

Les images sont issues d’une caméra fixée à l’uniforme d’un policier. On y voit également un autre jeune, identifié par la Colorado Public Radio (CPR) (lien en anglais) comme étant son cousin, Lawrence Stoker, également âgé de 19 ans.

Sur celles-ci, on voit le policier poursuivre De’Von Bailey, lui ordonner de s’arrêter et de mettre les mains en l’air. Face à son refus d’obtempérer, le policier tire plusieurs fois. Le jeune homme est ensuite menotté à terre. Et malgré les premiers soins qui lui sont apportés, il décède quelques minutes plus tard, le cœur et le poumon gauche perforés.

Des images difficiles à supporter pour la famille. Mais selon Darold Killmer, l’un des avocats de la famille, « la vidéo montre qu’il n’y avait aucune preuve que quiconque risquait d’être tué ou blessé de manière imminente », a-t-il estimé auprès de la CPR.

Delisha Seracy, la mère de De’Von a quant à elle déclaré : « Ne pensez jamais que ça ne vous arrivera pas, car c’est ce que je pensais. Alors nous devons nous battre pour obtenir justice, pour que personne d’autre n’ait à ressentir cette souffrance de ne plus jamais revoir son enfant. »

Les funérailles du jeune homme sont prévues ce vendredi à Colorado Springs.

Ce nègre n’essaiera plus de s’enfuir stupidement comme le nègre qu’il est quand des flics cherchent des nègres armés dans le secteur.

Il a été définitivement vacciné.

Le 5 août, deux jours seulement après le drame, plusieurs dizaines de manifestants avaient manifesté devant la mairie de Colorado Springs et les locaux de la police. « Innocent jusqu’à preuve du contraire », « la police s’en sort toujours », « Plus de policiers tueurs », pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants, selon la CPR.

Selon une étude publiée début août, les hommes noirs ont 2,5 fois plus de risques que les blancs d’être tués par la police. Chez les femmes, ce taux est de 1,4. Ces estimations se basent sur les chiffres compilés par Fatal Encounters, un consortium de journalistes, et ceux du National Vital Statistics System, qui collecte annuellement toutes les données sur la mortalité aux Etats-Unis.

Ah, oui.

Les fameuses statistiques de la presse communiste française.

L’ennui, c’est qu’elle ne les lit que partiellement.

Les nègres commettent 4 fois plus d’agressions violentes que les Blancs tout en étant 6 fois moins nombreux qu’eux aux USA.

Comme l’indique une étude réalisée en 2019 par des universitaires américains, 99% des personnes abattues aux USA par la police sont armées au moment des faits dont les deux tiers avec des armes à feu, peu importe la race.

Seulement 1% des personnes abattues par la police sont désarmées.

L’idée que des nègres désarmés seraient régulièrement assassinés par les flics aux USA est une pure invention marxiste. Ça n’a pas le moindre début de réalité statistique.

Quand un nègre est abattu et qu’il n’est pas armé, c’est-à-dire dans 1% des cas, c’est parce que, comme dans le cas ci-dessus, il refuse d’obéir à la police en cherchant quelque chose dans sa poche ou en essayant de fuir.

Un flic ne va pas jouer à la loterie avec un nègre et attendre de voir s’il sort un flingue de sa poche où s’il s’enfuit vers sa bagnole pour chercher un calibre : il le refroidit en vertu du protocole.

Si les nègres n’étaient pas aussi violents, armés et stupides, ils ne se feraient pas abattre. C’est aussi simple que ça.

C’est cette réalité que cherchent à cacher les médias juifs pour exciter la haine antiblanche, étant entendu que 75% des flics américains sont blancs.